30 avril 2008

Page 12

Arisugawa continua son récit tandis qu'ils avançaient , toujours suivant Amazarak .
- Dans mon malheur , j'ai eu de la chance . Sur les routes , j'ai vite été recueillie par une bande de troubadours qui m'acceptèrent dans leur caravane , le temps que je puisse me débrouiller . Avec eux , j'appris à me battre , et je découvris que j'avais un véritable don pour cela . Alors ,  j'ai suivis ma route , je suis partie à la rencontre de Maitre , pour apprendre l'art et la manière de me servir d'un épée . Je loue , depuis , mes services en tant que mercenaire , ou je bosse pour mon propre compte , ça dépend des jours .
Fiboot resta silencieux , trop hébété pour pouvoir dire quelque chose . Il essayait vainement de s'imaginer ce qu'avait pu être l'enfance d'Arisugawa , à travers ce qu'elle lui avait racontée .
- Et toi , comment as tu échoué dans ton taudis ?
Fiboot revint à la réalité , s'apercevant qu'Arisugawa venait de lui poser une question . Il se passa la main dans les cheveux et répondit :
- Sincèrement , c'est la faute à pas de chance ... Je suis né dans l'ancienne région d'Amakna , mon père était médecin du village , j'ai grandi normalement et lorsqu'il est parti enseigner à Bonta , ma mère l'a suivit et j'ai hérité de la maison ainsi que de la santé de tout mes voisins . J'ai vécu deux ans libres , et puis un jour ,le truc vraiment con ...
Une bande de dragoeufs mal réveillés , qui sommeillaient dans les bas-fonds de nos terres depuis des centaines d'années . Ils ont choisi de resurgir quand on a creusé les égouts . Ils ont envahi nos terres , ils étaient supérieurs en nombre , on a bien essayé de résister mais ils ont balayés les maigres foyers de résistances et dévastés la région . Obligé de fuir , j'ai pris possession d'une bicoque dans cette ville , et j'attends depuis quelques années que les autorités retrouvent ma trace . Il parait que les frontières de la région ont été fermées , que les dragoeufs sont restés dans leur territoire . Il parait que l'on a envoyé des puissants guerriers en masse et que l'extermination se poursuit , mais je ne suis pas vraiment de refaire un tour dans ce coin là , si tu veux mon sentiment .
Le xélor , qui écoutait avec intérêt les histoires des deux compères , lança d'une voix forte :
- Pas d'inquiétude à ce propos , jeune soigneur , votre ancien foyer n'est pas notre destination . La route qui nous attend est bien plus longue et plus riche en émotions , je peux vous le garantir .
Tout en discutant , ils étaient à la sortie nord . Ils passèrent les portes de la ville , alors que la foule commençait à affluer à l'intérieur . L'entrée était gardé par deux colosses en armure lourde , on avait peine à croire qu'il y avait des humains à l'intérieur des carapaces de métal tant ils étaient immobiles . Amazarak dépassa le flanc de mer en franchissant le ponton . Devant lui , la plaine s'étendait , régulière et plate , les champs de céréales étaient parcouru de frisson sous l'action d'un vent frais , tandis que les maigres bosquets qui poussaient , tels des étrangers au milieu des cultures , se couvraient de feuilles d'un vert tendre . A droite de l'entrée le Zaap charriait , par flots ininterrompus , des hordes de commerçants , de paysans , d'artisans et d'habitants . Comme pour s'opposer à la logique du paysage , de temps à autres , on pouvait voir des rochers pointus de plusieurs mètres de long qui avaient jaillit de terre pour s'élever vers les cieux .
Au sommet d'un de ces rochers , à quelques centaines d'enjambées du village de Sufokia , un jeune disciple féca , accroupi , la main en visière , détaillait les environs dans l'espoir d'apercevoir quelque chose ... ou quelqu'un . En contrebas , un disciple osamodas s'impatientait :
- Dis moi , Ex , quand est ce que ton maitre va se décider à arriver , il va bientôt faire trop chaud pour marcher au soleil .
- Mon cher Kheldar , quand Maitre Amazarak dit qu'il sera à 11h sous un rocher , il est là à 11h sous le rocher . Et si il est en retard , c'est que nous avons eu tort d'être en avance .
- Ta confiance envers cette momie croulante est quand même troublante .
- N'insulte pas mon maitre , je te prie , déclara Exdeath en se relevant .
Il prit appui sur son bâton et sauta au bas du rocher à coté de son ami , allongé à l'ombre .
- D'ailleurs , ta patience est récompensé , car je crois bien que le reste de notre équipe arrive à grands pas .
En effet , non loin du refuge des deux aventuriers , un nuage de poussières annonçait l'approche de quelque personne . Bientôt , ils distinguèrent avec effarement une jeune ecaflipette , armée de pied en cap , fonçant dans la plaine , avec , sous les bras , deux petites créatures hurlants et se débattants .

Posté par Lunakie à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Page 12

Nouveau commentaire